Contenu

Des femmes créatrices d’entreprises

 

A l’occasion de la journée de la femme, Pascal Lelarge, préfet de la Sarthe, a participé à un petit déjeuner, avec une dizaine de femmes, créatrices ou repreneuses d’entreprises au "Bugatti" au Mans. Accompagné de Philippe Gazagnes, Directeur de la Cohésion Sociale et de Leïla Louhibi, déléguée départementale aux droits des femmes, il a été accueilli par Madame Boissé, qui tient le Bugatti depuis novembre 2013.

 

Lors de ce petit déjeuner, ces femmes entrepreneures ont témoigné sur leur parcours de création, leurs expériences professionnelles au quotidien, les difficultés qu’elles ont rencontrées et les appuis dont elles ont pu bénéficier pour concrétiser leur projet d’entreprise.

Leurs champs d’activités sont très diversifiés : fleuriste, commerce de peinture, institut de beauté, directrice de centre de formation, restauratrice, boutique de prêt à porter.

Toutes sont unanimes pour souligner que leur enthousiasme et leur volonté de réussir sont nécessaire pour conjuguer vie familiale et vie professionnelle.

Entrepreneuriat au féminin : un plan pour lever les obstacles

Aujourd’hui, les femmes ne représentent en France que 30 % des créations d’entreprise et ce taux stagne depuis plusieurs années. Seule 1 sur 10 des entreprises innovantes nouvellement créées est dirigée par une femme

Encourager l’entrepreneuriat féminin est en effet un enjeu de l’égalité entre les femmes et les hommes. Donner des moyens de se réaliser dans la création ou la reprise d’entreprise constitue également un levier clé pour la compétitivité et l’emploi.
Encourager l’entrepreneuriat féminin, c’est aussi une clé du succès pour notre économie et un levier pour la compétitivité et l’emploi. Un rapport de l’OCDE en mai 2012 a d’ailleurs souligné que le potentiel d’entrepreneuriat des femmes était primordial en termes de création d’emplois, d’innovation et de croissance (si le taux d’emploi des femmes était équivalent à celui des hommes, notre potentiel de croissance serait accru de 20 à 40%).
Pour répondre à ces enjeux, la ministre des Droits des femmes a réuni et sollicité tous les acteurs pour mettre en place un plan de développement de l’entrepreneuriat féminin.
Le Plan fixe un objectif mobilisateur : faire progresser de 10 points le taux de femmes entrepreneurs en France d’ici 2017. Il est articulé en trois axes :

Trois axes guident les mesures

- Axe n°1 : sensibiliser, orienter et informer
L’entrepreneuriat doit désormais être présenté comme une voie ouverte aux femmes autant qu’aux hommes. Des actions favoriseront désormais la sensibilisation à l’entrepreneuriat dans le parcours éducatif. Dès la classe de 6e, l’entrepreneuriat féminin fera partie du programme au titre du nouveau parcours individuel, d’information, d’orientation, et de découverte du monde économique et professionnel, prévu par la loi refondation de l’Ecole. Les Pôles Etudiants, Entrepreneuriat, Innovation (P2EI) lancés par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère du Redressement productif et associant la Caisse des dépôts seront également tenus de mettre également en place toute une série d’actions spécifiques visant à encourager et promouvoir l’entrepreneuriat au féminin. Enfin, un site internet référent viendra mutualiser toutes les informations sur les dispositifs spécifiques ou généralistes disponibles par région.

- Axe n°2 : renforcer l’accompagnement des créatrices
Pour faciliter le parcours de la créatrice d’entreprise, les acteurs régionaux, les institutionnels et les partenaires associatifs se mobiliseront pour travailler ensemble dans une même logique d’accueil facilité et personnalisé. La professionnalisation de l’accompagnement est également visée.

- Axe n°3 : faciliter l’accès des créatrices au financement
Parce que l’accès au financement ne doit pas être une succession d’obstacles ou de portes closes, les ministères et partenaires institutionnels consolident les dispositifs actuels de financement. Des aides spécifiques sont également apportées, notamment par l’action de Bpifrance, pour favoriser l’émergence et la réalisation de projets de création d’entreprises.
En lien avec la Fédération bancaire française, l’entrepreneuriat féminin sera promu et développé dans les principaux réseaux bancaires.

Photos :