Contenu

L’Unité Canine Légère 72 (UCL72) de la Police Nationale

 

Fin mai 2014, L’UCL72 voyait le jour avec l’arrivée d’un chien spécialisé dans la recherche de produits stupéfiants et billets et de deux fonctionnaires de la DDSP72 formés. La création de l’équipe « stup » était donc opérationnelle.

 

Genèse de l’UCL72

Fin mai 2014, L’UCL72 voyait le jour avec l’arrivée d’un chien spécialisé dans la recherche de produits stupéfiants et billets et de deux fonctionnaires de la DDSP72 formés. La création de l’équipe « stup » était donc opérationnelle.

Mi-avril 2015, l’équipe « stup » était renforcée par 4 autres fonctionnaires de la DDSP72 sortis diplômés de leur stage de conducteur de chien de patrouille ainsi que de 3 chiens de police dévolus à l’intervention/défense.

Enfin, le 1er septembre 2015, l’UCL72 était composée renforcée de 2 fonctionnaires supplémentaires venant de mutation « en poste profilé », c’est-à-dire déjà diplômés conducteur de chien. L’effectif total de l’UCL72 était composé de 8 fonctionnaires, tous diplômés soit par le Centre National de Formation des Unités Canines (CNFUC), basé à Cannes-Ecluses (77) ou le Centre Régional de Formation des unités canines (CRFUC) de Rennes.

Cette Unité comprenait donc 4 chiens de police, 1 dédié à la détection des produits stupéfiants et billets, 3 pour l’intervention/défense

Composition de L’unité

Pôle stupéfiant

1 Conducteur de chien et 1 assistant technique sont dédiés à travailler avec le chien spécialisé dans la recherche de produits stupéfiants et billets de banque.

Le conducteur du chien stupéfiant et billet a suivi une formation initiale de 3 mois au CNFUC où il s’est familiarisé avec son chien (15 jours), et a appris à déterminer les mécanismes de détection effectués par le chien, on parle de « lecture » du chien. Chaque jour le chien travaille matin et après-midi et se mécanise sur les recherches demandées. Au fur et à mesure des semaines, la difficulté s’accroît. On passe d’un travail au sol, à des détections à mi-hauteur, pour finir avec des portées de chien.
Deux évaluations ont lieu pendant cette formation de trois mois pour voir si le futur conducteur est apte à continuer la formation où non.
A l’issue, il lui est décerné le diplôme de conducteur de chien.

Au cours de la formation du conducteur , l’assistant technique (AT) intervient pour sa propre formation au cours du 2ème ou 3ème mois de stage. Il va apprendre à gérer les produits stupéfiants et à préparer les emballages pour les entraînements. Il va assimiler les différentes techniques de recherches et mettre en corrélation les préparations de produits avec les entraînements souhaités. Il a en charge de maintenir l’équipe à son nouveau et/ou voir même de la faire évoluer.

Sur le terrain, l’AT intervient de concert avec le conducteur et le chien sur les missions confiées en sécurisant les lieux avant la mission, en vérifiant les endroits désignés par le chien, Il est capable à tout moment sur blessure du conducteur de récupérer le chien pour le remettre au véhicule.
A aucun moment l’AT ne peut travailler avec le chien spécialisé en détection.

Pôle patrouille

6 conducteurs de chien de police, spécialité « défense et intervention »
Ils sont formés soit au CNFUC soit dans des CRFUC.

Tous comme le conducteur Stupéfiant, leur formation initiale est de 3 mois. Le cheminement est le même que décliner précédemment. 15 jours de familiarisation pour créer un bon binôme Maître/chien. Ensuite, quelques bases d’obéissance et le reste sur des interventions basiques et plus complexes par la suite.

Sur ces 6 fonctionnaires, l’un d’eux à suivi une formation d’Homme Assistant (HA). Cette formation est aussi d’une durée de 3 mois. Pour pouvoir y accéder, il faut au minimum avoir exercé au moins 1 an en tant que conducteur de chien de patrouille.
Tout comme l’AT gère les entraînements du chien stup, l’HA gère la partie technique des chiens de police.

Règles communes

Tous ces Maîtres et chiens sont régulièrement entraînés (environ 1 à 2 fois par semaine). Ces exercices permettent de garder le binôme en condition opérationnelle, voir d’apprendre de nouvelles techniques.

De plus un entraînement physique des Maîtres et chien est indispensable
Chaque chien répond UNIQUEMENT aux ordres de son Maître. Ce dernier est ainsi garant des interventions effectués avec son animal.

Le Cheptel canin

les chiens sont recrutés par le CRFUC ou CNFUC mais aussi les UCL locales pour telle ou telle type de critère.

Tout type de chien peut travailler au sein de la Police nationale, selon son comportement :

- pour la patrouille il faut qu’il soit imposant, dynamique, attentif et mordant, insensibles aux coups de feu.
- pour la recherche, il faut qu’il soit joueur, insensibles aux coups de feu, et qu’il ait un sens olfactif développé.

Ils peuvent provenir de dons de particuliers ou être achetés au SPA ou particuliers ou élevages.
Ils entrent en formation à partir de 12 mois d’âge,
A l’issue de leur formation, ils sont attribués à une UCL.
Les chiens sont réformables entre 8 et 10 ans d’âge, plus tôt si problèmes physiques ou de santé grave.

Pour l’UCL72, le cheptel est formé de :
- 2 bergers belges malinois
- 1 berger allemand
- 1 berger hollandais


Mardi 28 avril 2015, les fonctionnaires de la DDSP (Direction départementale de la Sécurité Publique) de la Sarthe ont assisté à une démonstration opérationnelle de l’unité canine.

Celle-ci avait pour objectif de sérier les complémentarités des méthodes de contrôle ou d’interventions des conducteurs cynophiles avec les policiers intervenants.








François Chaumard, directeur départemental de la sécurité publique, a présenté, le 10 septembre 2014, aux membres de l’Etat Major de Sécurité, le premier chien de la brigade canine.

Spécialisé dans la recherche de stupéfiants et de billets, "Tyson" est le 1er élément de l’Unité Canine Légère du Mans qui devrait comprendre, en plus, à terme 2 ou 3 chiens.