Contenu

Séminaire « approvisionnement de la restauration collective » Le Mans 13 mars 2019

 

L’article 24 de la loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable et accessible à tous », dite loi EGAlim concrétise une demande sociétale quant à l’évolution des produits proposés par la restauration collective publique.

 

Il prévoit qu’au plus tard pour le 1er janvier 2022, les repas servis dans les restaurants collectifs dont les personnes morales de droit public ont la charge, comprennent une part au moins égale, en valeur, à 50 % de produits acquis selon les modalités prenant en compte les coûts imputés aux externalités environnementales liées au produit pendant son cycle de vie en un mot « local », ou issus de l’agriculture biologique, ou bénéficiant d’une mention valorisante.
Un décret devrait préciser ce qui est entendu derrière cette liste de mentions éligibles, notamment pour les notions de « local » ou « valorisante ». L’enjeu est de taille, car si la liste est trop restreinte, les professionnels pourraient devoir recourir à des produits d’importations.

D’après l’observatoire régional de l’approvisionnement de proximité, les établissements sarthois ont déjà recours à hauteur de 45 % à des produits régionaux, avec de grandes disparités selon les catégories de produits .
La diversité des productions sarthoises est suffisante pour atteindre, voire dépasser, les objectifs de la loi EGAlim ; le sujet a déjà été exploré depuis quelques années, par exemple par l’étude Gressard, et des solutions d’approvisionnement local ont déjà été mises en œuvre entre producteurs et collectivités, notamment grâce à l’action de Réseau Local et des Pays.

Cependant, il est important que nos entreprises agro-alimentaires soient également parties prenantes de l’évolution de la restauration collective, et s’interrogent dès à présent sur leur implication dans l’atteinte de ces objectifs. Il faut créer de la valeur ajoutée sur le territoire, ce qui implique de définir le juste prix à tous les niveaux, et pour permettre aux producteurs de développer de nouveaux modèles de productions répondant à la demande sociétale.

Les acteurs de la filière et les collectivités ont été réunies le 13 mars 2019 afin de faire un point sur le marché sarthois de la restauration collective, de préciser les besoins et attentes de chacun, d’évoquer les difficultés mais également les solutions possibles et les outils disponibles, notamment mis en œuvre dans le cadre du Volet agricole du Grand Plan d’Investissement.

Vous pouvez retrouver ci-dessous les diaporamas ayant appuyé les présentations des différents intervenants.

1 présentation de l’article 24 de la Loi EGALim (format pdf - 103.3 ko - 03/04/2019)

2 bilan des contrôles réalisés en 2018 sur les mentions valorisantes (format pdf - 161 ko - 03/04/2019)

3 exploitation du questionnaire adressé aux IAA sarthoise quant à leur implication dans l’approvisionnement des restaurations collectives (format pdf - 200.9 ko - 03/04/2019)

4 estimation du marché sarthois de la restauration collective (format pdf - 130.4 ko - 03/04/2019)

5 présentation du Réseau Local Sarthois (format pdf - 551.9 ko - 03/04/2019)

6 la démarche manger local du conseil régional des Pays de la Loire (format pdf - 42 ko - 03/04/2019)

8 Présentation de la démarche du Conseil Départemental 72 et du collège Berthelot (format pdf - 342.1 ko - 03/04/2019)

9 intérêt pour les collectivités d’avoir recours aux grossistes (format pdf - 3.3 Mo - 03/04/2019)

10 présentation de l’organisation du Conseil national de la restauration collective (format pdf - 261.5 ko - 03/04/2019)

11 compte rendu du seminaire (format pdf - 48.2 ko - 03/04/2019)