Sécurité Routière

Contenu

Chiffres noirs de la sécurité routière en Sarthe

 
La Sarthe a connu des mois de janvier et de février 2011 particulièrement dramatiques avec huit personnes décédées sur les routes au cours de sept accidents. Le 3 mars 2011, le préfet Pascal Lelarge a tenu une conférence de presse avec les forces de l’ordre pour présenter les mesures mises en œuvre pour lutter contre la délinquance routière à l’origine de ces drames.
 

Des accidents mortels dus à des comportements inacceptables

- La consommation excessive d’alcool est en cause dans au moins 3 des 7 accidents,
- La vitesse excessive est à l’origine de plusieurs de ces accidents,
- Le non port de la ceinture de sécurité est constaté pour 3 des 8 victimes,
- enfin l’une des victimes roulait sans permis, ni assurance.

Pour la période du 1er janvier au 28 février, tous les clignotants sont au rouge :
- accidents corporels : 84 en 2011 contre 74 en 2010
- blessés : 97 en 2011 pour 85 l’année dernière
- tués : 8 cette année pour 2 l’année dernière

Télécharger le tableau de bord de la sécurité routière en Sarthe.

- Malgré une activité plus importante des services : 353 rétentions ont été prononcées en zone gendarmerie depuis le début de l’année contre 271 sur la même période l’année dernière. La gendarmerie a constaté 544 conduites sous l’empire d’un état alcoolique depuis le début de l’année contre 354 en 2010 sur la même période soit 53 % d’augmentation.

Le dispositif répressif est réorienté pour cibler les auteurs de délits routiers majeurs

- Une politique de suspension des permis de conduire plus sévère est mise en place.
La durée de suspension du permis sera systématiquement doublée en cas de circonstances aggravantes comme la réitération.

- Les contrôles cibleront les routes secondaires
Les contrôles seront organisés de façon à cibler les délinquants de la route qui mettent en danger la vie de tous les usagers par leur comportement. Les données relatives aux vitesses pratiquées et l’analyse des axes sur lesquels le plus grand nombre de délits routiers sont constatés permettront d’ajuster les contrôles pour qu’ils soient plus efficaces.

- La politique d’immobilisation des véhicules est poursuivie en lien avec le parquet et mise en œuvre à chaque fois que cela est possible.

La LOPPSI II (Loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure) définie un certain nombre d’infractions pour lesquelles la confiscation est obligatoire. Dès son entrée en vigueur, ce dispositif sera appliqué.

Communiqué de presse du 10 mars 2011 validant l’essentiel de la LOPPSI II

Un appel à une prise de conscience de la part de l’entourage et des proches

La communication de l’Etat ne s’adresse pas qu’aux auteurs d’infractions mais également à leur entourage.
Il importe que la famille, les proches retransmettent ce message de rejet et de refus de certains comportements routiers.