Sécurité Routière

Contenu

Sécurité routière : 2011, une année meutrière en Sarthe

 
Pascal Lelarge, préfet de la Sarthe a présenté à la presse le bilan 2011 de la sécurité routière en Sarthe et les perspectives pour l’année 2012 en présence du Colonel Julien, commandant le groupement de gendarmerie et du commissaire Chaumard, directeur départemental de la sécurité publique.
 

Pascal Lelarge, préfet de la Sarthe a présenté à la presse le bilan 2011 de la sécurité routière en Sarthe et les perspectives pour l’année 2012 en présence du Colonel Julien, commandant le groupement de gendarmerie et du commissaire Chaumard, directeur départemental de la sécurité publique.

Dans le bilan de la sécurité routière de l’année 2011, si on relève une très légère baisse des accidents et des blessés, on enregistre avec 13 morts de + qu’en 2011, une forte hausse des tués sur les routes sarthoises + 37%.

Plus de la moitié de ces accidents mortels sont dus à une perte de contrôle. Ces pertes de contrôle sont essentiellement liées à la consommation excessive d’alcool ou de stupéfiants et aux mauvais comportements des conducteurs.

Les forces de l’ordre constatent trop d’infractions liées au non respect du code de la route : non respect des feux tricolores ou des stops, utilisation du téléphone portable au volant etc….

Les principaux axes d’actions pour 2012 seront au titre de la prévention :

  • la formation des conducteurs et leur sensibilisation au respect des règles par son environnement : passagers ou famille (lien vers la dernière campagne de communication "Quand on tient à quelqu’un, on le retient")
  • le travail pédagogique mené par les associations, les entreprises, les enseignants et les forces de l’ordre surtout auprès des deux roues motorisées,
  • la sécurisation et « mise sous surveillance » des principaux axes de circulation du département,
  • et le maintien de l’agglomération mancelle comme une zone de circulation apaisée.

La politique de sanction aura pour priorité de sanctionner les comportements dangereux, en allant chercher les grands délinquants de la route et en utilisant à leur encontre tout l’arsenal législatif et judiciaire disponible : suspension de permis, immobilisation et confiscation des véhicules.
Il faut noter que 10% des effectifs de la maison d’arrêt des Croisettes sont des délinquants de la route.

Télécharger le dossier de presse : Bilan 2011 de la sécurité routière en Sarthe et perspectives 2012 (format pdf - 407.6 ko)

Liens vers les statistiques départementales

Les nouvelles mesures de sécurité routière pour 2012

Entrée en vigueur de nouvelles mesures destinées à améliorer la sécurité routière

Le décret du 04 janvier 2012 met en œuvre les principales mesures réglementaires qui avaient été annoncées lors du précédent Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 11 mai 2011 et tient compte de certaines dispositions relatives à la lutte contre l’insécurité routière issues de la loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (LOPPSI 2) du 14 mars 2011.

Il prévoit principalement :

  • D’interdire la détention, le transport et l’usage des « avertisseurs de radars », interdiction sanctionnée d’une amende de 1 500 € et d’un retrait de six points du permis
  • D’aggraver les sanctions réprimant l’usage d’un téléphone tenu en main (l’amende passe de 35 à 135 € et le retrait de points de deux à trois points), le visionnage d’un écran de télévision (l’amende passe de 135 à 1 500 € et le retrait de points de deux à trois points) ou enfin la détention d’une plaque d’immatriculation non conforme (l’amende passe de 68 à 135 €)
  • De porter l’amende sanctionnant la circulation sur une bande d’arrêt d’urgence de 35 à 135 € et d’instituer cette même sanction pour les cas de franchissement de la bande d’arrêt d’urgence
  • De réprimer l’absence d’usage d’un éthylotest anti-démarrage dans les cas où le véhicule doit en être obligatoirement équipé
  • De donner aux juridictions administratives, dans le cadre notamment des contentieux relatifs aux retraits de points, la possibilité d’accéder directement aux dossiers individuels des conducteurs répertoriés dans le fichier national des permis de conduire.

Une attention toute particulière a été également portée aux usagers de véhicules à deux-roues motorisés dont la cylindrée est supérieure à 125 cm³ ou la puissance supérieure à 15 kW/h, en rendant obligatoire le port d’un vêtement muni d’un équipement rétro réfléchissant. Toutefois, l’obligation faite à ses usagers n’est applicable qu’à compter du 1er janvier 2013.