Contenu

Maison Départementale des Adolescents, Défenseur des enfants, Enlèvement d’enfants, Enfants (...)

 
Maison Départementale des Adolescents, Défenseur des enfants, Enlèvement d’enfants, Enfants disparus.
 


Maison Départementale des Adolescents
Défenseur des enfants
Enlèvement d’enfants
Enfants disparus



Maison Départementale des Adolescents

Créée suite à la conférence nationale de la famille, avec une volonté d’en voir une sur chaque département, la Maison des Adolescents est destinée aux adolescents de 12 à 21 ans qui présentent un questionnement, une souffrance psychologique pouvant associer des troubles multiples : des plaintes somatiques, des difficultés scolaires, des addictions, des troubles du comportement ou alimentaires, des conduites à risque et des tentatives de suicide.
Il s’agit d’une structure ouverte et les adolescents peuvent se rendre librement et gratuitement sans qu’une autorisation préalable des parents soit nécessaire, dans un premier temps.

La Maison Départementale des Adolescents, au-delà des jeunes, s’adresse également à leur entourage ( parents, familles) et aux intervenants se préoccupant de ce public.

Il s’agit de créer :
- Un guichet unique
- Un lieu accessible : centre ville, horaires adaptés, transports en commun
- Un lieu de coordination entre les professionnels
- Un lieu d’accueil et d’orientation pour les parents également, même sans les adolescents
- Un espace de ressources, d’information, d’échange de pratique et de formation
- Un lieu pluridisciplinaire à la fois dans les missions (médical, éducatif, social, préventif) et dans son fonctionnement
- Un Lieu devant répondre à plusieurs fonctions : accueil, écoute, évaluation et orientations, consultations polyvalentes, groupes de paroles, accompagnements éducatif, social, judiciaire, de soins
- Un lieu non stigmatisé : ni médical, ni éducatif, ni social uniquement
- Un lieu de partenariat et de mise en réseau

Dans le cadre de notre projet, notre ambition est d’apporter aux adolescents de la Sarthe, conformément au cahier des charges national, le maximum de réponses possibles à leurs besoins dans un laps de temps très rapide. Ce qui est en corrélation avec l’immédiateté de l’adolescence.

Située au 15, rue Gougeard au Mans, la maison des adolescents est ouverte du lundi au vendredi, de 10h à 18h (20h le vendredi).

Des permanences sont également ouvertes à Mamers, La Flèche et Château du loir ( renseignement au secrétariat de la MDA : 02 43 24 75 74)

L’équipe est composée de deux éducateurs spécialisés, deux infirmiers, deux psychologues, un psychologue scolaire et d’un médecin psychiatre, directeur médical de la structure.

Maison Départementale des Adolescents de la Sarthe
15, rue Gougeard
72000 LE MANS
Tél 02 43 24 75 74
Site Internet : www.mda72.fr

Haut de page



Défenseur des enfants

C’est une organisation nationale qui dispose de relais locaux

Défenseur des droits des enfants
104 boulevard Blanqui
75013 Paris
Site national

Correspondante territoriale pour la Sarthe

La Correspondante territoriale a deux missions :
- faire remonter des informations.
- servir de relais à la défenseur de enfants.

Tous les signalements doivent être fait auprès de la direction nationale qui la contacte ensuite afin qu’elle suive le dossier sur le plan local.
Elle peut agir en tant que médiatrice auprès de la justice, des affaires sociales ou médicales.

Haut de page



Enlèvement d’enfants

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a signé, le 28 février 2006, une convention visant à mettre en place un système d’alerte de la population en cas d’enlèvement d’un enfant mineur

avec des représentants du ministère de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, du ministère de la défense, du ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer, du conseil supérieur de l’audiovisuel, des principaux médias français (presse, radio, télévision), des sociétés de transports (SNCF, RATP, autoroutes) et des associations de victimes

Ce dispositif s’inspire des systèmes « Ambert alert » créés aux Etats-Unis en 1996 et au Québec en 2003. Il tient compte du rapport d’un groupe de travail interministériel ayant étudié la possibilité d’adapter ce type d’alerte en France à la demande de madame Nicole GUEDJ, Secrétaire d’Etat aux droits des victimes.

Ce dispositif permettra de diffuser très rapidement auprès de la population, sur l’ensemble du territoire national, des informations précises relatives à l’enlèvement afin de provoquer des témoignages susceptibles de favoriser la prompte libération de la victime. Les premières heures suivant la disparition sont en effet décisives : une étude réalisée aux Etats-Unis en 1993 met en évidence que sur 621 enlèvements d’enfants qui se sont terminés par un homicide, 44% des enfants ont été tués dans la première heure, 74% dans les trois heures et 91% dans les 24 heures suivants l’enlèvement.

La décision de déclencher le plan « alerte enlèvement » sera prise par le procureur de la République en étroite concertation avec les enquêteurs et après que le ministère de la justice aura été consulté.

Conseils :

- En cas de disparition de votre enfant, contactez en priorité l’école ou la crèche dans laquelle votre enfant est inscrit afin de vérifier qu’il n’a pas été retenu de manière imprévue.
- Si vous êtes divorcé et que vous partagez l’autorité parentale de votre enfant, contactez l’autre parent, en effet il est possible que ce dernier ait pris une initiative sans vous en avertir.
- En cas de réponse négative ou si l’heure est tardive, essayez de contacter les parents de ses amis les plus proches pour vous assurer qu’il n’a pas oublié de vous prévenir de son détour.
- Pensez aussi à contacter vos voisins, qui ont peut-être hébergé votre enfant en cas de perte de clefs ou d’accident domestique.
- Enfin, si ces démarches n’aboutissent pas vous devez contacter le commissariat le plus proche de votre domicile ou la brigade de gendarmerie en appelant le 17.
- Site officiel du Ministère de la Justice

Haut de page


Enfants disparus

- N° d’appel européen "116 000"
n° d’appel gratuit, accessible 7j/7 et 24h/24

- Le site 116000 enfants disparus

- Le site de la Fondation pour l’enfance

- Le site de l’Institut national d’aide aux victimes et de médiation (INAVEM)

Haut de page